Le plan de relance va-t-il pousser le Fashion Pact vers le haut ?

Qui se souvient du Fashion Pact ? En 2013, suite à un effondrement au Bengladesh, les grands acteurs du textile ont réalisé qu’ils devaient faire bouger les choses. C’était un des derniers secteurs à entrer dans la transformation durable de la chaîne.

Heureusement pour nous d’ailleurs, car la mode est l’un des plus gros pollueurs de la planète. Depuis le coton qui consomme énormément d’eau et assèche les régions où il est produits jusqu’à l’impact environnemental du transport en passant par les divers processus de traitement. Sans compter non plus les rumeurs d’esclavagisme (chez les Ouïghours en Chine) et le travail des enfants.

La mode a tout a gagné en devenant plus durable, un axe mis en exergue par le plan de relance du gouvernement.

Le Fashion Pact, c’est l’accord qui a été passé entre les grands acteurs pour moderniser cette production dans le bon sens : respecter les droits fondamentaux de l’Homme et préserver la planète.

Force est de constater que des années plus tard, les avancées ont été assez maigre. La mode n’a jamais été aussi fast que maintenant, avec une dizaine de collection à l’année et de très nombreuses chaînes à petit prix. On se doute que ce ne sont pas ceux qui font le plus de cas de l’écologie.

Jusqu’au jour où le coronavirus a débarqué. Les achats ont diminué, des pénuries se sont créées. Les grandes chaînes ont réalisé qu’il était impossible de faire venir les marchandises depuis l’autre côté du monde. Cela dit, certains avaient déjà rapproché leurs lignes de production pour avoir suffisamment de réactivité par rapport à la demande.

Les plan de relance va pouvoir aider le Fashion Pact à voir le jour plus vite. L’état compte bien retrouver une capacité de production nationale suffisante que pour répondre à des besoins urgents. Comme la production de masques par exemple ! Et on sait que les fabriques européennes sont mieux encadrées et accompagnées pour respecter l’environnement que ne le sont les usines chinoises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *