Le style Shou sugi ban, qu’est-ce que c’est ?

Provenant du Japon, Shou sugi ban ou le bois brûlé est une technique ancestrale de longue date. Cette méthode traditionnelle, utilisée à l’origine à l’extérieur des bâtiments, est plébiscitée de nos jours pour son aspect esthétique, économique, sa longue durabilité et bien d’autres vertus. Avec une allure originale et un effet brûlé, elle constitue une nouvelle tendance qui trouve des applications dans divers domaines comme le design d’intérieur ou d’extérieur et l’architecture.  

En quoi consiste le style Shou sugi ban ?

Le style Shou sugi ban, également appelé Yakisugi, est une technique traditionnelle japonaise qui consiste à brûler la surface d’un bois en vue d’obtenir une couche de carbone.

Cèdre du Japon
Dans la tradition japonaise, le bois utilisé s’appelle Sugi. En Occident, nous l’appelons le cèdre japonais.

Cette ancienne technique architecturale est caractérisée par une carbonisation du bois avec une flamme de feu. Elle était utilisée dans l’habitat en vue de protéger le bois. En effet, les maisons étaient construites avec du bois ayant une couche carbonisée en vue de les protéger contre les incendies et les intempéries comme les tempêtes et les pluies torrentielles. 

Ainsi, à l’origine, le Shou sugi ban est une technique de construction et de protection du bois en vue d’accroître sa durabilité. Elle est encore utilisée dans les maisons traditionnelles au Japon. Cet art de préservation du bois est en vogue dans les bâtiments modernes en dehors du Japon, notamment, dans les pays occidentaux et au Canada. Elle constitue un bardage ou un parement mural avec une excellente résistance. Le style Shou sugi ban est, également, prisé par les designers, les architectes, les fabricants de mobilier ou les décorateurs pour divers usages en dehors du bardage traditionnel, à l’extérieur et à l’intérieur des habitations.

Quelle est la procédure de réalisation d’un Shou Sugi Ban ? 

Utilisant le feu, le Shou sugi ban est un procédé naturel de traitement du bois. Il ne requiert aucun produit chimique. Pour brûler le bois et obtenir une couche de carbone, il est possible d’avoir recours au procédé traditionnel de brûlage du bois ou à des versions alternatives en ayant au préalable choisi le bois approprié. Pour une protection efficace du bois, la carbonisation doit avoir une épaisseur de 3 à 5 millimètres. 

Bois utilisé 

Dans la tradition japonaise, c’est le cèdre, appelé sugi, qui est traité pour la réalisation du Shou sugi ban en raison sa résistance naturelle contre la pourriture, les insectes, les champignons. Ce bois est caractérisé une réaction particulière au contact au feu. En effet, il est également utilisé parce qu’il est résistant au feu. En dehors du cèdre, d’autres espèces de bois sont utilisées dans d’autres pays. Ce sont, notamment, le chêne, le sapin de Douglas, le mélèze, le châtaigner, le frêne l’épicéa, etc.  

Procédé traditionnel 

Dans la tradition japonaise, le procédé de traitement consistait à assembler trois planches de cèdre en vue de former une sorte de long triangle. Un feu était allumé à la base de ce triangle dans le but de brûler les planches de manière homogène, en commençant de la base jusqu’à la hauteur. Après une dizaine de minutes, les planches sont aspergées d’eau afin de stopper la carbonisation. Une brosse est utilisée pour enlever les impuretés. Cette technique est toujours utilisée de nos jours pour la carbonisation du bois.

Des alternatives à la technique traditionnelle 

Pour obtenir une couche de carbone, il existe des versions améliorées de la technique traditionnelle. Ainsi, il est possible de brûler les bois par petite zone, de manière homogène, à l’aide du feu d’un chalumeau. Ce procédé est fastidieux.

Une autre alternative consiste à faire un grand lit de braises et à disposer les planches de bois au-dessus, deux par deux. Des fours spécialisés peuvent être également utilisés pour procéder au brûlage du bois.

La finition 

La finition n’est pas toujours nécessaire. Alors, après le brûlage, le bois est laissé tel quel. Cependant, après le brûlage, il est possible d’entamer la finition. Pour ce faire, il convient de laisser sécher le bois avant de le brosser dans le but de gratter les résidus de charbon, la couche carbonisée et friable. Le brossage est effectué pour enlever toute la poussière de charbon ou la couche noir en vue d’obtenir une finition lisse ou texturée. Par la suite, vous pouvez utiliser un chiffon humide pour nettoyer le bois, puis laisser le bois sécher à nouveau, avant d’appliquer de l’huile de lin ou de térébenthine, ou un vernis. 

Quelles sont les vertus du Shou Sugi ban ? 

Le Shou sugi ban est un procédé naturel de préservation du bois, sans produits chimiques, ni peintures. Il permet d’améliorer la durabilité du bois traité avec une durée de vie pouvant excéder 70 ans. Cette technique de brûlage renforce le bois et le protège contre les insectes nuisibles et les champignons, tout en le rendant résistant contre l’eau et la pourriture ou la moisissure. Le bois ne requiert aucun entretien particulier et aucun achat d’additifs chimiques. Ce procédé s’avère alors très économique au fil du temps. Cette couche carbonisée fournit une protection contre le feu avec un effet retardateur, elle retarde la propagation de la flamme. 

Le Shou sugi ban améliore la beauté naturelle du bois et s’intègre aisément dans la décoration d’intérieur avec un aspect esthétique unique. Cette technique confère une élégance au bois brûlé avec des teintes variées ou une diversité de nuances allant du noir profond au noir brun, en passant par le noir mat ou brillant avec des reflets de gris. 

Shou sugi ban
Un exemple de bâtiment japonais réalisé en utilisant la technique du Shou sugi ban.

Quelles sont les diverses utilisations du Shou sugi ban ? 

Dans les réalisations extérieures 

Le bois est utilisé à l’extérieur des habitations pour les bardages extérieurs en bois, mais également pour les clôtures, les claustras, les aménagements paysagers naturels. Il peut être utilisé comme revêtement mural ou pour le revêtement des terrasses.  

Dans l’aménagement intérieur 

A l’intérieur de la maison ou en design intérieur, le bois brûlé peut être utilisé pour apporter un cachet authentique en vue d’aménager la décoration intérieure. Il est bien adapté pour les revêtements muraux intérieurs. Il constitue alors un élément architectural et un accessoire de décoration d’intérieur. Le bois brûlé est également utilisé pour concevoir des meubles originaux.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *