Le sérum anti-âge divise les Françaises sur son réel potentiel

Le sérum anti-âge est un un nouveau développement dans le domaine de la cosmétologie. Il sert à combattre en profondeur les changements cutanés liés à l’âge. De plus, les fabricants ont considérablement simplifié la vie aux utilisatrices. Le sérum anti-âge ne nécessite pas de visites régulières chez l’ophtalmologue, le dermatologue ou l’esthéticienne. Vous pouvez vous en servir matin et/ou soir pour “soigner” votre peau depuis chez vous. Jusque là tout semble aller bien, même si plus de la moitié des femmes vivant en France n’utilisent aucun produit cosmétique ou cosméceutique. 

Mais quand l’Agence du médicament entre en scène pour taper du poing sur la table et dénoncer les travers et le manque de transparence de l’industrie, les choses se gâtent. Les effets de plusieurs ingrédients actifs font l’objet de controverses. Des milliers d’utilisatrices deviennent réfractaires au sérum anti-âge. Pire, ces femmes se montrent trop vigilantes pour leur santé et cessent de consommer les soins de beauté. Cependant, une partie des Françaises estime que le produit reste efficace et continue de dépenser des centaines d’euros pour s’offrir quelques grammes de cette cure de jouvence. Le sérum anti-âge divise ainsi les Françaises sur son réel potentiel. 

Sérum anti-âge, c’est quoi exactement ?

Qu’est-ce qu’un sérum anti-âge ? Soin plus léger qu’une crème, le sérum se pose avant la crème de jour et/ou de nuit et après démaquillage et nettoyage de la peau. Ce type de produit est souvent appelé concentrateur. Il contient un grand nombre de composants actifs dont l’effet synergique consiste à raviver le teint, à repulper et à hydrater la peau. Ces ingrédients actifs aident aussi à prévenir l’apparition des rides et ridules puis à renforcer les cheveux fragilisés. 

sérum anti-âge
Avec son aide, vous pouvez ramener votre peau à son apparence d’il y a quelques années.

Classification

Il y a plusieurs sortes de sérums anti-âges. D’abord, on distingue ceux qui agissent seuls et ceux qui sont intégrés à une ligne de soins de la peau. Les mauvaises langues voudraient que les premiers soient inefficaces et les seconds superflus pour les femmes qui utilisent déjà une crème anti-âge (de la même marque) ayant les mêmes ingrédients.   

Ensuite, on différencie les sérums anti-âge suivant la zone traitée. Il importe alors de connaître leurs spécificités. Par exemple, le sérum anti-âge pour le contour des yeux a un effet positif après utilisation, mais ne convient pas pour une usage régulier. Il affecte sérieusement la peau du visage. Quant au sérum hydratant pour le visage, il est très similaire dans son action aux soins esthétiques professionnels. Le résultat est rapidement visible et l’effet reste le même pendant longtemps.

Composition

Ce type de sérum contient généralement les ingrédients suivants : 

  • Extraits de plantes et de fleurs, qui se distinguent par une excellente action antioxydante. Ils saturent l’épiderme de minéraux et de vitamines;
  • Acides (hyaluronique, férulique, …);
  • Composants inhabituels qui ne sont utilisés que par les fabricants coréens (dont s’inspire l’industrie françaises). Ce sont par exemple les extraits utiles du mucus d’un escargot, d’un requin, d’un nid d’hirondelle, du caviar, etc. C’est le principal secret des effets positifs du sérum. Ces substances peuvent instantanément faire face à plusieurs problèmes liés au vieillissement.

Quel est l’intérêt d’utiliser un sérum anti-age en plus d’une crème anti-age ?

Chaque Française avertie sait que pour préserver sa jeunesse, il faut une approche intégrée. C’est pourquoi il est important d’utiliser non seulement des crèmes, mais également des agents auxiliaires comme les sérums anti-age.

Selon certains spécialistes, le sérum est un produit cosmeceutique. Une fois appliqué, il traverse l’épiderme, couche superficielle de la peau, atteint le derme et agit en profondeur. La crème, elle, relève de la cosmétique : elle ne traverse pas l’épiderme. Le sérum anti-age ne remplace pas les crèmes mais en décuple les effets. 

Des ingrédients potentiellement dangereux

Plusieurs sérums anti-age contiennent du silicone. Indépendamment des bénéfices qu’il apporte aux produits et à leurs utilisatrices, ce composant a la triste réputation de boucher les pores. 

Par ailleurs, le jeudi 16 mars 2017, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonce le retrait du marché de deux sérums anti-âge d’un laboratoire français. Il s’agit de Neostem Pocket Lift et de Neostem Serum qui contiennent, tous deux, de la pravastatine et de l’alendronate de sodium. Associés, ces deux molécules favorisent l’inhibition de la synthèse de la progérine, une protéine impliquée dans le processus de vieillissement cellulaire. 

Le laboratoire mentionne clairement ces allégations de santé sur son site internet afin de renseigner ses clients et ses prospects. Pour l’ANSM, ces produits sont plutôt des médicaments, pas des cosmétiques. Or, tout médicament doit avoir une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) avant toute commercialisation. Ce qui n’est le cas de ces produits. 

De plus, selon l’ANSM, ces produits ont des effets toxiques avérés. Par exemple, l’alendronate de sodium provoque des réactions cutanées, des troubles métaboliques et gastro-intestinaux, entre autres. De son côté, la pravastatine entraîne des troubles musculo-squelettiques, gastro-intestinaux, immunitaires et neurologiques connus. Plusieurs Françaises se rendent compte de l’ampleur du danger que leur font courir certains fabricants et finissent par douter des promesses des sérums anti-âge.  

soin de visage
Une dizaine de milliers de Françaises utilisatrices de sérums anti-age de luxe n’hésitent pas à dépenser plusieurs centaines d’euros pour s’en offrir un flacon de quelques milligrammes. Le sérum à base d’acide hyaluronique signé Dr Barbara Sturm coûtait 700 euros en 2015. Et pourtant les femmes se l’arrachaient ! Toutefois, il est clair que certaines classes sociales ne peuvent pas se permettre un tel investissement.

Sérums anti-âge : ce qu’en pensent vraiment en Françaises

D’après une étude menée en 2015 pour connaître la perception des Françaises sur la sphère de la cosméceutique, il ressort que seulement 57% du millier de femmes interrogées affirment n’avoir jamais utilisé un sérum anti-âge et ne pas avoir l’intention de le faire. Les réfractaires invoquent la cherté et l’inadéquation aux besoins comme principaux freins à l’adoption du soin.

Viennent ensuite des obstacle comme le manque de confiance (aux enseignes) et le surdosage en ingrédients actifs. Et parmi les 43% d’utilisatrices, 4 Françaises sur 5 préfèrent utiliser un sérum anti-âge pour le visage. Mais plusieurs d’entre elles trouvent que les sérums sont agressifs pour la peau ou pas très agréables à utiliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *