Comment soigner des crevasses d’allaitement ?

On le sait tous, l’allaitement est une période essentielle pour la jeune maman et son bébé. Il renforce le lien qui a perduré depuis les neuf mois de grossesse. Toutefois, l’allaitement, c’est aussi le moment où surviennent quelques désagréments qui peuvent gâcher cette période, s’ils ne sont pas traités correctement. Sein tendu, engorgement des seins, douleurs aux mamelons, crevasses d’allaitement… Autant d’aléas qui sont les plus couramment observés au cours des premiers mois d’allaitement. Heureusement, des solutions existent pour venir à bout de ces douleurs et favoriser un allaitement à la fois pour bébé et sa maman. Focus sur le traitement des crevasses d’allaitement.

Les crevasses d’allaitement, c’est quoi ?

Les problèmes d’engorgement des seins et des douleurs aux mamelons se soignent généralement très rapidement à l’aide de tétées fréquentes et de repos. Mais ce n’est pas le cas pour les érosions et les crevasses. Ces dernières résultent souvent d’une fissure cutanée qui, à son tour, est causée par la déshydratation de la couche cornée, à l’instar des gerçures des lèvres observées par temps froid.

En d’autres termes, les crevasses sont des fissures cutanées du mamelon, dues à un mauvais étirement de cette petite partie saillante et pigmentée de la peau. Ces petites fissures peuvent être très douloureuses, d’autant plus qu’un saignement mineur peut compliquer l’érosion.

Quelles sont les causes de ces crevasses ?

Avant tout, il faut savoir que l’allaitement est un processus habituellement indolore. L’apparition de blessures ou douleurs est donc un signe révélateur d’un problème d’allaitement. Elle résulte le plus souvent d’une mauvaise position de bébé au moment de la mise au sein.

De fait, pour que l’allaitement se déroule sans douleur, le nourrisson doit recouvrir l’ensemble du mamelon et de l’aréole dans sa bouche. La jeune maman doit, elle aussi, bien se positionner au moment de l’allaitement. Confortablement installée à l’aide d’oreillers bien fermes et de coussins d’allaitement, elle sera alors plus détendue, quelle que soit la durée de la mise au sein.

Allaitement

Outre la mauvaise position de bébé ou de la maman, il arrive aussi que les crevasses d’allaitement apparaissent à cause de problèmes de succion chez l’enfant. Mais il s’agit ici de troubles très rares qui se manifestent par une forme de palais inadaptée ou encore par un frein de langue trop court. Étant donné la particularité de cette situation, il est préférable de consulter un pédiatre ou encore une sage-femme, qui pourront conseiller sur la voie de traitement à suivre. Ces professionnels de santé pourront également recommander la consultation d’une association qui œuvre pour l’allaitement.

Par ailleurs, en plus de la mauvaise position du bébé et d’un mauvais geste de succion, les crevasses d’allaitement peuvent aussi résulter d’un retrait brutal et répétitif du sein à la fin de chaque tétée. Il en est de même pour l’étirement brutal de l’aréole pour repousser le nez du bébé.

Enfin, il arrive aussi que des crevasses apparaissent sur le mamelon suite à un frottement excessif contre les vêtements. Dans ce cas, il est préférable d’utiliser des protège-mamelon qui vont empêcher celui-ci d’entrer en contact avec le soutien-gorge ou les tissus de vêtements.

Comment traiter les crevasses d’allaitement ?

En général, la douleur occasionnée par les crevasses diminue avec le temps, notamment lorsque l’écoulement du lait commence. Mais si la jeune maman donne ses deux seins pendant les tétées, elle doit offrir en premier le sein non affecté par la crevasse. En effet, en début de tétée, bébé se montre toujours plus vorace et risque de sucer fortement les seins.

Pour soulager la douleur du sein, il est possible de favoriser la tétée à l’aide d’un massage aréolaire. Vous pouvez aussi appliquer des bouts de seins en silicone avant chaque tétée en attendant la cicatrisation de la plaie. En tout cas, pour éviter les complications, il faut garder la plaie au propre et à l’abri d’humidité pour qu’elle ne suinte. Aussi, pour favoriser la cicatrisation et maintenir l’hydratation, on peut appliquer un produit lipidique ou quelques gouttes de lait maternel sur la fissure cutanée. À noter que le lait maternel est tout à fait compatible avec les blessures car contient des actifs antiseptiques et antidouleur.

Quelques remèdes pour soigner les crevasses

Si la meilleure solution pour prévenir les crevasses reste une position correcte de bébé, qu’en est-il du traitement des plaies et de l’érosion ? Heureusement, nos grands-mères ont trouvé de nombreux remèdes simples et efficaces pour venir à bout des crevasses d’allaitement. Ceux-ci sont facilement trouvables dans le commerce, qu’il s’agisse de produits naturels ou de dispositifs d’aide à l’allaitement. Home made ou issus de l’industrie, ces produits vont apaiser et accélérer la cicatrisation. Et bien entendu, vous pouvez les associer pour accélérer le processus de cicatrisation de la plaie.

Le lait maternel

Cela peut vous sembler surprenant, mais le lait maternel est bel et bien le seul produit naturel recommandé pour traiter les crevasses d’allaitement. Et pour cause, le lait maternel contient un principe actif cicatrisant et antiseptique. Pour soulager les douleurs et traiter la plaie, imbibez une compresse stérile de votre lait, puis appliquez-la sur le sein douloureux. Appuyez légèrement sur le mamelon et gardez la compresse jusqu’à ce que bébé soit prêt pour une prochaine tétée. Utilisez pour cela du film alimentaire pour maintenir la compresse et garder au sec votre vêtement.

De la lanoline pure

La lanoline est bien connue depuis l’Antiquité pour ses vertus réparatrices et cicatrisantes. Il s’agit d’une substance naturelle extraite de la graisse provenant de la laine de moutons. Les civilisations successives ont utilisé la lanoline pour différents bobos du quotidien, dont les peaux irritées. Raison de plus pour nos grands-mères d’utiliser cette substance pour apaiser la douleur et traiter les crevasses d’allaitement. Le produit s’applique directement sur le mamelon pour favoriser la cicatrisation et n’a pas besoin d’être retirée avant la tétée. Cependant, il est préférable d’utiliser de la crème de lanoline pure, c’est-à-dire sans additif ou conservateur.

Bébé prenant le sein

Le calendula

Si la douleur de la lanoline peut rebuter certaines femmes, il est tout à fait possible d’opter pour le calendula, lui aussi connu pour sa vertu calmante et cicatrisante. Nos grands-mères l’utilisaient depuis des décennies pour soigner les crevasses. Et aujourd’hui, le principe actif du calendula est utilisé dans les crèmes réparatrices pour soigner les douleurs du mamelon.

L’huile de rose musquée

Toujours dans le domaine des remèdes de grand-mère, on retrouve l’huile de rose musquée, qui a pour vertu de réparer et de régénérer les cellules de la peau du mamelon. Il s’agit alors de masser ce dernier à l’aide de quelques gouttes de l’huile végétale, notamment pendant le soir avant le coucher pour tirer parti de ses bienfaits salvateurs pendant la nuit. À noter que l’huile végétale de rose musquée convient parfaitement aux peaux fragiles.

Les tisanes pour prévenir les crevasses d’allaitement

Dans le domaine de la phytothérapie, de nombreuses plantes existent pour prévenir et traiter les crevasses du sein. Il s’agit de tisanes d’allaitement, composées de graines de carvi, de camomille ou encore de graines de fenugrec, qui favorisent un allaitement harmonieux tout en soulageant les douleurs ressenties au cours de la tétée. Il faut toutefois garder à l’esprit que le choix d’une tisane ne se fait pas au hasard, d’autant plus que ce que vous consommez au cours de l’allaitement est également avalé par le bébé.

Les coquillages d’allaitement

Dans la lignée des dispositifs d’allaitement, le coquillage ou cupule d’allaitement est d’une grande aide pour son pouvoir apaisant. Pour les jeunes mamans qui ont les mamelons très sensibles, il soulage rapidement les douleurs au cours de la tétée tout en traitant les crevasses (plus d’infos à consulter à cette adresse). Son fonctionnement est simple : la cupule retient le lait qui s’écoule durant la tétée, ce qui favorise la cicatrisation des crevasses.

Rappelons que le lait maternel contient des actifs qui accélèrent le développement et la multiplication des cellules, ce qui au final va activer la cicatrisation. Inséré sur le sein blessé, le coquillage va favoriser son hydratation grâce aux gouttes de lait qui vont alors s’immiscer dans la peau du mamelon et de l’aréole. De plus, il protègera le mamelon sensible contre les frottements des tissus. À noter que les coquillages d’allaitement existent en différentes tailles, offrant à toutes les mamans la possibilité d’atténuer leurs douleurs tout en facilitant leur allaitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *