Absentéisme croissant au Japon et si le métaverse pourrait y remédier

Absentéisme croissant au Japon : et si le métaverse pourrait y remédier ?

Le taux d’absentéisme dans les écoles japonaises a alerté le gouvernement. Les élèves manquent les cours des petites classes aux classes secondaires. Pourtant, le Japon fait partie des pays les plus à cheval sur l’éducation.

Le désintérêt des jeunes pour l’école n’est pas excusable au Japon. Par contre, les japonais entendent trouver une solution durable au lieu de condamner les jeunes étudiants. L’utilisation du métavers entre dans le spectre de leurs solutions.

L’école métaverse de Toda

L’initiative d’ouvrir une école sur le métaverse est née dans la ville de Toda à Saitama. Cette école est accessible sur le web3 et les élèves dans tous les pays ont le droit d’y aller. L’école métaverse est une transposition de l’école telle qu’on la connaît dans le virtuel.

Les élèves peuvent se déplacer dans l’école via leur avatar, explorer les lieux et discuter entre eux. Les cours sont ensuite organisés dans des salles de classe virtuelles. Mais pour accéder à cette école il faut avoir l’aval du directeur de son école d’origine.

L’école métaverse de Toda

Se former à distance

La formation à distance via métaverse n’est pas un concept nouveau au Japon. L’idée a émergé assez tôt à l’Université de Tokyo. Offrir aux étudiants un terrain virtuel pour continuer leurs études et pour mieux comprendre le web3.

L’enseignement supérieur est mis à l’honneur par ce premier concept. Par contre, au cours de ce projet, des possibilités d’apprentissage pour les lycéens et les collégiens ont aussi été évoqués. 

L’idée de l’école métaverse au Japon part ainsi d’une base préétablie.

Est-ce une bonne méthode ?

NHK un média à Toda a mené l’enquête sur cette histoire d’absentéisme en accroissement auprès des écoles japonaises. Les élèves manquent l’école par manque d’intérêt ou parce qu’ils habitent loin de l’école.

Ces deux faits excusent ou n’excusent en rien l’absentéisme. Il existe toujours une solution pour suivre les cours si on a vraiment envie d’apprendre. 

Par contre, les jeunes ne sont pas prêts à sacrifier leurs interactions sociales. Même quand ils manquent l’école, ces jeunes passent donc des heures à discuter en ligne avec leurs amis.

La méthode de l’école sur le métaverse rejoint l’idée des échanges en ligne. Ce concept pourrait être d’un plus grand intérêt pour les élèves. Ils pourront à la fois suivre les cours sans se déplacer de chez eux, tout en gardant contact avec des amis virtuels!

Le Japon à fond sur le métaverse

Ils sont sérieux et appliqués sur le développement du web3 au Japon. Le métaverse est utilisé dans plusieurs domaines de la vie quotidienne au pays. L’utilisation des actifs numériques, des NFT et des aires d’apprentissages métaverse n’est plus étranger aux japonais.

Même si le métaverse n’est pas à 100 % maîtrisé, il fait des adeptes dans le pays. Dernièrement, le maire de Fukuoka a accepté de collaborer avec Astar Labs pour devenir le foyer du métaverse au Japon.

L’école sur le métaverse est une idée ingénieuse pour remédier au problème de l’absentéisme. Le Japon dispose de tous les moyens techniques pour réaliser cet idéal. L’aboutissement de ce projet pourrait déclencher une nouvelle tendance éducationnelle dans d’autres pays.

victoria

Passionnée par les cryptos, les NFT et plus généralement tout ce qui concerne la Blockain, je vous partage sur mon blog tous mes conseils ! Attention, je ne suis pas experte et ce que je dis ne doit absolument pas être pris comme une vérité absolue. Je ne suis pas conseillère en investissement 🙂

Retrouvez aussi mes articles sur mon compte LinkedIn !