Théorie de la Terre Plate : les preuves mises en avant à l’épreuve de la science

9 % des français pensent que la terre est plate. Aux États-Unis, ils représentent près de 16 % de la population qui croient dure comme fer à cette théorie. Un tiers d’entre eux sont des jeunes de 18-24 ans. Avec ces 11 millions d’adeptes de la théorie de la terre plate, le Brésil a accueilli en 2019, une convention internationale réunissant les partisans de cette théorie. Eh oui, les images de notre belle planète formant une jolie sphère bleue n’ont pas encore réussi à convaincre ces adeptes. Impossible de connaître leur nombre réel mais les adhérents à cette théorie deviennent de plus en plus nombreux. Faute ou grâce à Internet et les réseaux sociaux. Dans cet article, plongeons au cœur d’un courant de pensée aussi bien curieux qu’intriguant.

Théorie de la terre plate: une histoire aussi vieille que le monde

L’idée d’une terre plate remonte à l’époque de la cosmologie. Bien avant cela, les Babyloniens pensaient que la terre était creuse. Pour une raison simple qu’elle fournissait un espace à leur monde souterrain. Pour les Égyptiens, elle était carrée avec des montagnes à chaque bord pour soutenir la voûte céleste.

En réalité, la théorie de la terre plate est une conception archaïque de la terre qui aurait une forme plate ou celle d’un disque. De nombreuses civilisations ont adhéré pendant longtemps à cette théorie. Comme : la Grèce jusqu’à la période classique les civilisations de l’âge du bronze et du fer les civilisations du Proche-Orient jusqu’à la période hellénistique l’Inde jusqu’à Gupta (début des siècles après JC) et la Chine jusqu’au XVIIe siècle. Toutes ces civilisations percevaient la terre comme un disque flottant sur l’eau.

L’interprétation moderne de la terre plate vient de Samuel Rowbotham. Il s’est basé sur son interprétation personnelle de l’expérience de Belford Level. Cette dernière est une série d’observations effectuées sur une longueur de 9 km sur la rivière de Old Belford à l’époque du XIXe et début du XXe siècles, qui montre une surface d’eau plate.

D’après Rowbotham, la terre est un disque plat centré sur le pôle Nord et bordé d’un haut mur de glace. Le soleil, la lune tournant autour de la terre à une distance approximative de 4 800 km. Il donnera plus de détails dans son ouvrage intitulé Zetetic Astronomy. Cela aboutira à la création de la Zetetic Society en Angleterre et à New York.

Samuel Rowbotham meurt le 23 décembre 1884. Son organisation est remplacée par l’Universal Zetetic Society avec à sa tête, Lady Elizabeth Blount, femme de l’explorateur Sodington Blount.

La Flat Earth Society, porte-étendard de la théorie de la terre plate

En 1956, l’Universal Zetetic Society est remplacée par la Flat Earth Society. Celle-ci est créée par Samuel Shenton et reste aux antipodes des croyances réligieuses ​​​de sa devancière pour soutenir sa théorie.

Shenton a basé sa théorie de la terre plate sur ce qu’il a appelé le “bon sens” et “l’observation personnelle”. Il rejette les affirmations scientifiques, les qualifiant de “dogmatiques” c’est-à-dire sans preuves suffisantes. Son organisation remet en cause les avancées dans le domaine spatial notamment, les photos prises lors de la mission lunaire Appolo et d’Explorer 6 en août 1959. Lorsqu’on lui présenta les images captées par les satellites, Shenton les qualifie de fausses.

Les membres de la Flat Earth Society pensent que la terre est plate et jugent tous leurs détracteurs de participants à une conspiration pour cacher la vérité au monde. En pôle position des conspirationnistes, les agences spatiales, les fabricants de GPS et les services de contrôle aérien.

Shenton meurt en 1971 et la Flat Earth Society passe sous la houlette de Charles K. Johnson. Sous sa direction, l’organisation va connaître une période faste avec plus de 3 500 membres nouveaux adhérents. Malheureusement, dans les années 80, l’opinion publique et l’évidence scientifique font chuter les membres à 200. Charles Johnson meurt en 2001 et la Flat Earth Society avec lui par manque de leadership.

2009 : l’année de la renaissance

La Flat Earth Society renaît de ses cendres en 2009 avec l’ouverture d’un forum portant le même nom. De nouveaux membres y adhèrent et leur nombre atteindra 421 en 2012.

La théorie de la terre plate se développe de plus en plus avec l’internet et les réseaux sociaux. Impossible de connaître aujourd’hui le nombre exact des adeptes mais ils se compteraient en millions. Il a fallu attendre 2014 pour remarquer l’apparition des premières vidéos défendant cette théorie sur YouTube. Ils disposent désormais de sites web et tiennent des forums sur les réseaux sociaux. Des conventions et expéditions sont aussi organisées.

Une théorie : diverses explications

Avec l’élargissement de la communauté des platistes, divers courants de pensée sont nés. Ils ne disposent plus de théorie alternative centrale comme leurs “ancêtres”.

Selon certains adeptes, la terre serait bi-plate et d’autres pensent qu’elle est ronde et plate. Pour ces derniers, le pôle Nord se trouverait au centre tandis que l’Antarctique borderait le disque.

Pour les partisans de la théorie de la terre plate, la terre est entourée d’un mur épais de glace, enveloppée d’un dôme invisible et indestructible et englobant la lune, le soleil et les étoiles. Le soleil aurait donc une taille plus petite (quelques centaines de kilomètres de diamètre) et serait opposé à la lune. Les deux astres tourneraient autour de la terre favorisant alors l’alternance du jour et de la nuit. Ingénieux, direz-vous, attendez de lire les preuves avancées.

Théorie de la terre plate : des preuves de plus en plus bien construites

Si en 1956, Samuel Shenton avait eu du mal à défendre sa théorie scientifiquement, les platistes actuels ne manquent pas d’idée pour prouver que la terre est réellement plate.

Sur le site officiel, de l’organisation, les défenseurs de la théorie de la terre plate pensent que les preuves sont bien d’ordre scientifique que philosophique. La plus simple serait de se confier à ses propres sens pour discerner la vraie nature du monde qui nous entoure. Le monde semble plat, le fond des nuages est plat, et le mouvement du soleil… Ce serait autant de signes qui prouvent que nous vivons dans un monde sphérique héliocentrique et c’est là l’approche empirique de la théorie. Les platistes conseillent également d’analyser la question avec la méthode du doute cartésien.

Par ailleurs, il existerait des preuves scientifiques qui sous-tendent la théorie.

  • L’horizon

Selon les platistes, l’horizon apparaît toujours plat à 360 degrés de l’observateur. Si la terre était plate, l’horizon aurait été cambré. Pourtant, en altitude (30 km au-dessus du sol), aucune courbure n’est observée.

Ils affirment qu’en décollant du sol, plusieurs objets ou monuments restent visibles, ce qui ne devrait pas être le cas sur une terre ronde. Exemple du Pic de Canigou, monument visible depuis Marseille bien que distantes de 200 km.

Horizon
Rien à l’horizon
  • Le niveau de la mer

Ici, les expériences de Belford sont encore évoquées. Si la terre était ronde, il serait impossible d’avoir une mer avec une surface plane sur toute l’étendue de la planète.

  • L’expérience de Chicago

À 94 km sur la rive en face du Lac Michigan, Chicago est visible dans son intégralité. Avec une terre ronde, la ville se serait trouvée à 700 mètres en dessous de l’horizon. Voilà une des preuves présentées par les platistes.

  • Les phares maritimes

Voici une autre preuve ! Si la terre était ronde, pourquoi est-il possible d’apercevoir la lumière d’un phare même à plus de 50 km au loin ? À cette distance, elle devrait être 200 m en bas de la courbure terrestre.

Phare maritime
Les lumières des phares seraient une preuve que la Terre est plate
  • La gravitation

Si elle était réelle, impossible pour les oiseaux de voler et pour les hommes de sauter. Un ballon d’hélium, en principe moins lourd que l’air, n’aurait pas pu décoller du sol.

  • Les reflets sur la mer

Si la terre était ronde, les reflets du soleil ou de la lune ne seraient pas visibles sur la mer jusqu’à l’horizon et surtout parfaitement droits.

  • Les avions

Avec une terre ronde, difficile pour un avion de maintenir une altitude de croisière pendant longtemps. En le faisant, il s’éloignerait de la terre.

  • Zéro satellite visible

Pour les platistes, aucun satellite n’a jamais été photgraphié depuis la terre. Et aucun n’a jamais filmé la rotation de la terre pendant 24 heures. De plus, il n’y aurait jamais d’avions sur les images satellites alors que ces appareils volent constamment dans le ciel.

  • La terre est stationnaire

Si la terre tournait vraiment à une vitesse de 1 600 km/h, tout ce qui s’y trouve s’envolerait, et le soleil se trouverait à une altitude constante et ne ferait que passer. Tout est une question de perspective.

  • Les gyroscopes

D’un point de vue technique, elles seraient constamment inclinées si la terre était ronde.

  • La position du soleil

À une distance comme évoquée par les scientifiques, les rayons solaires devraient parvenir à la terre de manière parallèle. Alors que le soleil illumine la terre sous divers angles. Autre évidence selon les théoriciens de la terre plate.

Soleil
Même le Soleil et ses rayons constitueraient une preuve pour les platistes

Qu’en dit réellement la science ?

Des arguments aussi solides que la théorie de la terre plate

À ne pas oublier, les humains ont découvert que la terre est ronde depuis des siècles. Les Grecs de l’époque antique ont appris que la surface de la planète devrait être courbe en mesurant les ombres. Nul besoin de monter donc dans l’espace pour le découvrir soi-même.

  • Comparer les ombres

Ératosthène est le premier mathématicien à estimer la circonférence de la terre en 276 avec J-C. Comment ? En comparant les ombres au jour du solstice d’été en Égypte. À midi, lorsque le soleil était au-dessus d’Assouan, il n’y avait pas d’ombres. À Alexandrie, un bâton placé dans le sol en projetait.

Conclusion, sur une terre plate, il n’y aurait aucune différence entre la longueur des ombres. Seule une terre en forme de globe peut expliquer les positions du soleil dans deux villes distantes de quelques centaines de kilomètres.

  • Un tour au port

Lorsqu’un navire navigue vers l’horizon, il ne fait pas que devenir de plus en plus petit jusqu’à sa disparition complète. La coque semble d’abord s’enfoncer sous l’horizon, puis le mât, et la scène s’inverse au retour du bateau.

Samuel Rowbotham, dans son livre Zetetic Astronomy, a essayé de démystifier cette preuve. Son explication reposait sur le fait que la disparition reposerait sur une illusion créée par la perspective. Ce qui ne tient vraiment pas la route.

Il suffit simplement d’observer la même scène avec des jumelles ou un téléscope pour remarquer une descente sous la courbe de la terre.

  • Grimper à un arbre

On voit plus loin lorsqu’on prend de la hauteur, une évidence. Si la terre était plate, on verrait à la même distance quelle que soit la hauteur. Pourquoi ne voit-on pas un objet lumineux comme la galaxie d’Andromède située à plus de 2 millions d’année-lumière ?

La courbure de la terre limite notre champ de vision à environ 5 km à moins de monter un arbre, un bâtiment ou une montagne élevée.

Koala grimpant sur un arbre
Koala grimpant sur un arbre
  • Regarder les étoiles

Aristote a fait l’expérience en 350 av J-C. Différentes constellations sont visibles à différentes latitudes. Les deux exemples flagrants restent la Grande Ourse et la Croix du Sud.

La première, ensemble de sept étoiles ressemble à une louche et est visible à des latitudes 41 degrés Nord ou plus. En dessous de 21 degrés Sud, elle reste invisible. Dans le Nord de l’Australie, cette constellation dépasse à peine l’horizon.

Au même moment, la Croix du Sud, un arrangement étincelant de quatre étoiles ne peut s’observer que si on va vers le Sud de l’hémisphère Nord.

Ces différences de point de vue ne sont possibles que sur une terre en forme de globe.

  • Faire le tour du monde

Cette partie devrait vous coûter beaucoup d’argent mais vous pouvez partir à pied et en stop. Vous n’aurez pas à repartir sur vos pas pour atterrir là où vous avez commencé.

Sinon, si vous avez de la chance d’avoir un horizon dégagé au cours d’un vol commercial assez haut, vous pourrez distinguer la courbure à l’œil nu. La courbe de la terre devient subtilement visible à une altitude d’environ 35 000 pieds avec un champ de vision d’au moins 60 degrés. Ce qui est théoriquement impossible à travers un hublot d’avion.

La courbure devient plus visible à une distance au-dessus de 50 000 pieds. Les passagers du Concorde, avion supersonique, avaient souvent la chance de voir la courbe lorsqu’ils montaient à 60 000 pieds. Dommage que cet avion n’existe plus.

Les arguments qui soutiennent la théorie de la terre plate n’ont réellement pas évolué à travers le temps. Ce qui n’est pas le cas des avancées scientifiques et technologiques. Finalement, cela ne tient qu’à un jeu d’enfant pour prouver que la terre est une planète ronde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *