Hausse du taux de pauvreté en France

Hausse du taux de pauvreté en France

Bien que la France figure parmi les grandes puissances européennes, les économistes constatent une hausse non négligeable de la pauvreté ces dernières années. Découvrez les causes et les explications de cette hausse en chiffre dans cet article.

Des chiffres éloquents

Pour l’année 2018, le taux de pauvreté a augmenté de manière sensible. Les chiffres indiquent un pourcentage avoisinant les 14,7 %, ce qui semble peu, mais cela représente tout de même plus de 400 000 personnes en difficulté monétaire par rapport à 2017.

Hausse du taux de pauvreté en France
Le taux de pauvreté en France est de 14.7% en 2018.

Toutefois, le terme « pauvreté » ne se compare pas à celle présente dans les pays en développement. Ici, être « pauvre » revient à vivre avec une certaine somme située en dessous de 60 % du niveau de vie médian.

En d’autres termes, si nous prenons pour illustration le niveau de vie médian fixé à 1 500 € net par mois, toute personne ayant un revenu en dessous de 900 € (ce qui représente 60 % de la somme) serait considérée comme en difficulté monétaire.

Les causes de cette hausse

De nombreux facteurs sont à l’origine de cette hausse de la pauvreté plus importante de plus de 0,6 point par rapport à l’année 2017.

Hausse du niveau de vie médian

Ce premier facteur s’explique par les revenus des salariés qui sont de plus en plus dynamiques ainsi qu’une augmentation globale des recettes financières.

Les mesures prises telles que la diminution de la taxe d’habitation ou l’extension du crédit d’impôt pour l’appel à des services d’employés à domicile pour les retraités sont globalement favorables aux ménages se trouvant au-dessus du seuil de niveau de vie médian.

Toutes ces mesures, par conséquent, vont contribuer à élever le seuil du taux de pauvreté, entrainant un bon nombre de ménages situés aux abords de ce seuil dans la mauvaise partie du classement.

Baisse des allocations de logement dans les parcs HLM

Il s’agit d’un facteur qui aurait le plus impacté sur cette augmentation du taux de pauvreté en France. En effet, cette mesure aurait contribué à plus de 0,4 point sur la hausse globale.

Cette mesure ne permet pas d’augmenter les revenus, certes, mais elle tend à amoindrir les dépenses. Le montant de cette baisse d’allocation varie selon la situation géographique du foyer et de sa taille.

En effet, pour une famille installée dans une petite ville classée en zone 3, elle peut tourner autour de 26 €, tandis qu’une famille vivant dans une grande ville classée zone 1, elle peut aller jusqu’à 50 €.

Hausse des revenus des capitaux mobiliers

D’un autre côté, les inégalités entre les classes sociales ont connu une hausse ces derniers temps. Cet écart de plus en plus conséquent s’explique ne grande partie par la forte augmentation des revenus des capitaux mobiliers.

En effet, la classe aisée serait majoritairement bénéficiaire de cette hausse, entrainant, de ce fait, une hausse du niveau de vie globale et du seuil de pauvreté sans que les autres classes sociales n’en jouissent concrètement.

Pour des revenus stagnants, mais un seuil de pauvreté en augmentation, de nombreux ménages se retrouvent en dessous de ce seuil, contribuant ainsi à hausser le taux de pauvreté en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *