blockchain

Le KYC pourrait-il anéantir la crypto ?

Les normes KYC ont été mises en place pour se protéger contre la fraude, le blanchiment d’argent, la corruption et le financement des organisations terroristes. En effet, les institutions financières de certaines juridictions sont tenues de “connaître leurs clients”, ce qui signifie qu’elles doivent demander la preuve de l’identité d’une personne dans le cadre du processus de création d’un compte.

En exécutant les processus KYC, une organisation gère son risque d’être impliquée dans une activité criminelle. La visibilité que procure le KYC permet aux institutions d’avoir une visibilité sur les flux d’argent illégaux et de refuser de servir des organisations terroristes. Face au succès de la cryptomonnaie, nous sommes en droits de nous demander si le KYC pourrait tout anéantir ; voici les détails de ces éventuelles hostilités.

Les cryptos face au procédures KYC

L’objectif initial de la blockchain et de la crypto est de fournir une alternative aux systèmes financiers traditionnels et centralisés.  Les cryptomonnaies fonctionnent selon un système financier décentralisé qui permettrait d’échapper aux risques associés aux banques qui prennent des décisions financières hasardeuses. Les bourses de cryptomonnaies et les organisations similaires remplissent plusieurs des mêmes rôles que les institutions financières traditionnelles. Par conséquent, ils sont soumis aux mêmes réglementations et exigences là où ces réglementations existent.

Plus d’une douzaine de pays ont des réglementations KYC conçues pour se protéger contre les activités financières frauduleuses et illégales.  Les bourses de cryptomonnaies et autres organisations situées dans ces pays ou fournissant des services à leurs citoyens sont également soumises à ces réglementations KYC. La technologie blockchain est conçue pour être pseudonyme, et le KYC fournit la majeure partie de la visibilité utilisée pour identifier les auteurs d’attaques et d’autres activités illégales sur la blockchain. Si ce système devient effectif, nous pouvons craindre des périodes sombres

sécurité blockchain

La possibilité d’un processus de vérification décentralisée

Les mesures KYC conviennent à l’univers financier classique, mais il est possible qu’un processus soit créé pour les cryptomonnaies. Il est possible que pour se conformer aux mesures KYC, les bourses de cryptomonnaies :

  • Recueillent les informations personnelles identifiables (IPI) de leurs clients, notamment leur nom complet, leur lieu, leur date de naissance et leur adresse
  • Comparent ces informations à leur pièce d’identité officielle délivrée par le gouvernement, comme un passeport ou un permis de conduire délivré par l’État, et à un justificatif de domicile, comme une facture de services publics
  • Vérifient l’identité du client dans les bases de données officielles qui contiennent des informations sur les personnes politiquement exposées (PEP) et les individus sanctionnés.

Ces étapes aident les institutions financières à déterminer le risque de blanchiment d’argent et de criminalité financière impliquant des monnaies virtuelles pour chaque client. Si tout est vérifié, le client est autorisé à se livrer à certaines activités sur la bourse de cryptomonnaies.

Les mesures KYC pourraient compromettre l’anonymat théorique de la blockchain et de la crypto en rencontrant les limites et les restrictions du monde réel des lois et règlements. De plus, le KYC fournit un certain niveau de visibilité sur les acteurs de la blockchain, mais cette visibilité est imparfaite et peut être éludée par les acteurs criminels. Pour le moment, il est trop tôt pour se prononcer sur le KYC et ses éventuelles actions sur la crypto.

Annaëlle

Vous connaissez l’expression BFF ? Best Friend Forever ? Et bien moi, Annaëlle, je suis la BFF de Victoria. Passionnée de crypto moi-aussi, je viens lui prêter main-forte sur son blog… en lui prêtant ma plume 🙂

Je publie également sur LinkedIn, suivez-moi !